Comparaison avancée

Les avantages de l'écran à tube cathodique:

La durée de vie:

A entendre les constructeurs, la durée de vie d'un téléviseur du type écran plat serait au minimum de 30 ans ! Pourtant, à l'usage, ce n'est pas tout à fait ça. Les pixels meurent, les composants grillent, la luminosité se dégrade…

Sur le papier, la durée de vie d'un LCD est de 60 000 à 100 000 heures soit de 7 à 12 ans (24x365=8760; 100000/8760=12), mais en réalité, cette durée est largement réduite suite aux composants défectueux. Car, entre les commandes d'allumage qui flanchent, les composants qui grillent, les pixels qui meurent, les dalles qui commencent à marquer et les systèmes de rétro-éclairage qui jaunissent, il y a gros à parier que la durée de vie réelle d'un écran plat est largement inférieure à 12 ans !!!

D'après une étude menée par 60 Millions de consommateurs, après avoir laissé un LCD en fonctionnement intensif équivalant à 6 ans et 5 mois d'utilisation,  les téléviseurs LCD perdent entre 20 et 40 % de leur luminosité, leur temps de réponse se dégrade, ce qui entraîne des effets de traînage, et des tâches se forment à certains endroits de l'écran (coulures sur les bords, présence d'une ligne horizontale persistante). Pour les plasmas, c'est plus grave car les tests ont fait apparaître une dérive de la température de couleurs. Au bout de 6 ans d'utilisation l'image vire au jaune orangé, la gamme des bleus perd en nuances, et les effets de marquage se font plus présents.

Six ans, telle serait donc la durée de vie moyenne d'un écran plat avant que la luminosité ne commence à flancher, contre plus de treize ans pour un cathodique. Le compte à rebours est lancé…

 La température:

Nous pouvons constater que les écrans plats (surtout les LCD) chauffent beaucoup plus qu'un écran à tube cathodique. Ceci s'explique par le fait que dans un écran CRT, il y a plus de place pour laisser circuler l'air contrairement à un LCD qui a beaucoup moins de place pour ce genre de problème.

Contraste et couleurs:

Les CRT haut de gamme ont toujours une longueur d'avance concernant les couleurs. Le noir mesuré sur ces écrans présente une luminosité très faible, moins de 0.07 cd/m² (=candela par mètre carré, unité de luminance) contre 0.20 cd/m² pour les LCD. Avec une température de couleur de 5000 K, qui est utilisée par les professionnels du graphisme, cette caractéristique est encore plus vraie. Par contre, dans des conditions "réelles", avec par exemple la lumière ambiante, les dalles LCD réfléchissent moins la lumière que le verre des écrans CRT, ce qui leur procure du noir et des couleurs sombres très fidèles. De plus, si l'on considère la qualité de l'image par la netteté, les LCD sont devant.

Angle de vision:

Nous pouvons constater que l'angle de vision pour un écran plat est inférieure à celui pour un écran CRT. Tout simplement parce que les dalles des LCD offrent des cristaux liquides visibles de face et que la luminosité de ces cristaux liquides s'atténue avec l'angle de vue. Les constructeurs actuels offrent des dalles avec des angles de vue de 130 à 150° horizontalement pour un écran plat contre 120 à 170° pour un CRT.

Temps de réponse et rémanence:

L'image d'un écran est composée de pixels. Sur les écrans LCD, ce sont des cristaux liquides qui s'allument ou qui s'éteignent (note : en fait, il ne s'allument pas, ils s'opacifient plus ou moins pour laisser passer plus ou moins le rétro éclairage). L'extinction d'un cristal n'est pas instantanée, il reste allumé un court laps de temps, entre 8 et 25 ms selon les modèles, alors qu'il devrait être éteint. L'œil humain peut donc s'en apercevoir ce qui entraine des petits désagréments au niveau de l'image : floues, trainées lors du déplacement d'une fenêtre, etc. On appelle ce phénomène la rémanence.

Le temps de réponse est la somme entre le temps nécessaire pour allumer un cristal et celui nécessaire pour l'éteindre, ce qui est donc différent de la rémanence. Mais dans la pratique, rémanence et temps de réponse trop faible entraine les mêmes problèmes. Ces problèmes sont surtout visibles dans des jeux d'action rapides: vous sautez partout, vous bougez la souris dans tous les sens et les images arrivent rapidement les unes après les autres. Ainsi, les cristaux liquides n'arrivent pas à changer d'état à la vitesse voulue et on aperçoit parfois une superposition d'images.

Résolution:

Sur les CRT, il n'y a pas réellement de problèmes dû à la résolution. Par contre, la dalle des écrans LCD est constituée de milliers de petits cristaux fixes formant les pixels. Ainsi, il existe une seule et unique résolution pour votre écran ! Les 15 pouces sont en 1024x768 et les 17 et 19 pouces sont la plupart du temps en 1280x1024.

Donc si vous utilisez la résolution pré-définie de votre écran, l'image sera très nette. Mais de nombreux jeux ou logiciels nécessitent une autre résolution que du 1024x768 ou 1280x1024 (lecture de vidéo, émulateurs de console, etc.). Vous pourrez malgré tout utiliser des résolutions plus basses mais la qualité d'affichage s'en ressentira, par exemple avec un étrange effet d'anti-aliasing.
Le fait de devoir utiliser la résolution prédéfinie des moniteurs LCD est un handicap, surtout sur Amiga (= famille d’ordinateurs personnels commercialisée par Commodore International entre 1985 et 1994) où l'on utilise beaucoup les écrans virtuels de résolutions différentes.

Pixel mort:

Le pixel est présent par centaines de milliers, voire par millions sur chaque moniteur. Il renferme en son sein trois cellules (sous-pixels) de couleurs rouge, verte et bleue. Avec un nombre aussi grand, il est presque impossible que chaque cellule fonctionne parfaitement sur chaque écran. Il est donc probable que les pixels ou sous-pixels aient une erreur et soient toujours éteints ou toujours allumés. On appelle ces derniers les pixels morts. Les LCD sont connus pour avoir des pixels morts. Rassurez-vous, ce n'est pas très fréquent, mais la gène occasionnée peut être grande dans le cas d'un pixel qui reste toujours blanc au centre de votre écran (cf Albums Photos).

 

Les inconvénients de l'écran à tube cathodique:

L'encombrement:

La partie la plus importante d'un moniteur est la zone d'affichage. Avec 45 cm de profondeur moyenne, les écrans CRT 17 pouces font figure de "gros cubes" très gourmands en place sur votre bureau. Les LCD 17 pouces ont, quant à eux, moins de 20 cm de profondeur (et encore, c'est généralement le socle qui agrandit cette taille, pas l'écran lui-même). De plus, avec un poids de 15 à 25 kg (version 17 pouces), les écrans CRT sont lourds. Pire, à partir de 21 pouces, le poids devient supérieur à 40 kg, rendant ce genre d'écran trop encombrant et quasiment intransportable. De leur côté, avec un poids de 5 à 18 kg, les LCD font figure de "poids plume".

 Confort d'utilisation:

Attention à la taille réelle! Un moniteur CRT 17 pouces n'a pas la même taille qu'un moniteur LCD 17 pouces, les CRT sont plus petits. L'écart constaté est d'environ 2.5 cm entre ces deux types d'écrans d'une taille annoncée de 17 pouces. Cette différence s'explique en partie à cause du fait que sur un LCD, la surface de la dalle est entièrement de la surface utile, ce qui n'est pas le cas d'un tube cathodique. Un écran CRT 17 pouces équivaudrait donc à un LCD de 16 pouces en terme de taille de la partie visible.

Le taux de rafraîchissement est aussi une valeur qui diffère entre les deux types d'écrans. Si 70 Hz (= hertz) paraît faible pour un CRT, cette valeur est tout à fait valable pour un LCD. En effet, lorsqu'on parle d'une fréquence de rafraîchissement de 70 Hz sur un écran CRT, c'est le faisceau d'électron qui balaie 70 fois par seconde chaque point de l'écran. Sur un écran LCD, c'est différent: sur une image fixe les cristaux liquides ne changeront pas d'état et on ne peut donc pas parler de rafraîchissement. De ce fait, un faible taux de rafraîchissement sur un CRT entraînera à la longue une fatigue oculaire, alors que les LCD offrent une image plus stable.

  

26 votes. Moyenne 3.62 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site