Fabrication du tube cathodique

 Comment fabrique-t-on un tube cathodique?

Tout commence par un cône en verre moulé. D'abord on élimine les poussières microscopiques à l'aide d'un jet d'eau haute pression. On vaporise de l'acide fluorhydrique pour nettoyer le verre à l'échelle atomique. On verse une solution phosphorique dans le cône. Le phosphore est un composé organique qui émet de la lumière lorsqu'il est bombardé d'électrons. Les particules de phosphore se déposent et se lient chimiquement avec la surface du cône. On élimine l'excès de solution et on fixe le cône sur un vaporisateur de laque transparente. La force centrifuge permet de recouvrir la couche de phosphore de manière uniforme pour le protéger avant l'étape suivante. On applique un revêtement conducteur sur le diaphragme de l'anode par où passeront les électrons qui illuminent les particules de phosphore.

Ensuite, on glisse une bille d'aluminium dans une bobine de tungstène. On pose le cône sur une pompe à vide et on aspire l'air. Puis on envoie un courant électrique dans la bobine. La bille d'aluminium s'évapore et diffuse un revêtement réfléchissant à l'intérieur du cône. Il est alors chauffé à 218° pendant une heure: cela permet de "cuire" la laque et d'éliminer toute trace d'humidité. A l'aide d'une flamme à haute température, on soude un col en verre à l'arrière du cône. Puis on applique le même revêtement conducteur à l'intérieur.

Après cela, on assemble la partie du canon à électrons à l'intérieur du cône. Il bombarde d'électrons les particules de phosphore du cône pour qu'elles émettent de la lumière et génèrent les images que nous voyons sur l'écran. On empile les lentilles électromagnétiques qui focalisent les électrons vers l'écran, puis on les alignent et on les fixent en fondant du verre pour les maintenir en place. Les robots chauffent et fixent le verre de soudure pour assembler les éléments du canon à électrons. On refroidit le canon avec de l'air pressurisé. Lorsqu'il est froid, le canon est assemblé et inséré dans le cône.

Pour finir, on place le cône sur un tour à verre et on découpe l'excédant de verre au niveau du col à l'aide d'une baguette en graphite et on chauffe au chalumeau à haute température, on adapte alors le col en verre à la tige du canon à électrons. Cette bobine de chauffage en céramique fait fendre des billes de verre vertes pour maintenir le cône sous vide. On chauffe le tube à 400°C pendant 2h et on aspire de nouveau l'air à l'intérieur. Pour éviter que l'image se met à clignoter avec le temps, on traite l'intérieur du tube à l'aide d'une bobine haute tension qui lisse toutes les aspérités présentent sur le canon à électrons. Enfin, on installe les connexions électriques et le tube cathodique "prend vie".

12 votes. Moyenne 3.92 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×